Finale de la coupe du monde de Rugby : France / Nouvelle-Zélande

Chou blanc contre les noirs… Mais les blancs ne broient pas du noir !

Hier soir (hier matin en France), l’équipe de France de rugby a disputé un match qui a fait frémir tous ses supporters, même les moins passionnés. Comment ne pas s’enthousiasmer quand le XV français passe ce qu’on pourrait considérer comme le test ultime du rugby contemporain : jouer contre la Nouvelle-Zélande, qui détient indiscutablement le titre de meilleure équipe de rugby à 15 du monde, à l’occasion de la finale de la coupe du monde.

Bien qu’elle ait déjà été vaincue par l’équipe néo-zélandaise dans la première partie de cette coupe du monde 2011, l’équipe de France, forte de sa victoire contre les All Blacks en demi-finale de la coupe du monde 2007, pouvait aborder cette finale avec de raisonnables espoirs de victoire. Les All Blacks de leur côté, souvent considérés comme une équipe gérant difficilement la pression des grands évènements, avaient peut-être moins de raison que d’habitude d’espérer remporter ce match.

Je me souviens qu’en 2007 déjà, la France s’était préparée pour confronter la Nouvelle-Zélande sur tous les plans : physique bien entendu, mais aussi psychologique. Les joueurs
français s’étaient alignés sur la ligne du milieu de terrain, pour opposer un front soudé au Haka néo-zélandais et ainsi envoyer un message à leurs adversaires tout en repoussant l’attaque psychologique qu’est la danse rituelle maori. Puisqu’on ne change pas une méthode qui gagne, le XV français a repris ce concept et cet esprit pour cette finale 2011. Sauf qu’au lieu de simplement s’aligner au milieu du terrain, ils ont adopté une formation en V, plus offensive, pour avancer vers le Haka.

Mais, comme le match l’a montré, il faut plus qu’un mental de fer pour arracher une victoire aux joueurs néo-zélandais, surtout quand ces derniers jouent à domicile, devant un public déchaîné. Le jeu a été légèrement dominé par les All Blacks jusqu’à la 50ème minute, ce qui leur a suffi pour marquer un essai et une pénalité. Les 30 dernières minutes du jeu ont été largement dominées par l’équipe française, mais ne se sont soldées que par un essai marqué par le capitaine français Thierry Dusautoir, facilement transformé. Malgré les efforts du Dark Destroyer (surnom de Dusautoir), nommé « homme du match » par le journal sportif français « L’Équipe », le score final est 8 à 7 pour la Nouvelle-Zélande.

Bien entendu, tous les français, joueurs ou supporters, regrettent amèrement cette défaite d’un tout petit point. Mais lorsqu’on pense que la France n’avait gagné sa demi-finale contre le Pays de Galles que du même petit point, et que cette victoire de la Nouvelle Zélande vient récompenser 4 ans de domination incontestée du rugby à XV, alors il est possible de concéder que ce n’est que justice.

De plus, comme l’a dit hier soir l’homme du match Thierry Dusautoir devant les journalistes français :
« L’ensemble du groupe, joueurs et staff, peut être fier. Moi, je suis fier d’eux. Nous pouvons rentrer en France la tête haute ».

Cette entrée a été publiée dans Actualités françaises, Evénements sportifs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Finale de la coupe du monde de Rugby : France / Nouvelle-Zélande

  1. carnet dit :

    Les néo zed sont des bêtes de jeu et c’est évident (voir même les meileurs bêtes ). En même temps je dis ça dans mon fauteuil en bouquinant le midol…..Il est aussi ausi évident que ces même blacks ont su gérer un match ou ils ont été dominé. durant la seconde mi temps (çà m’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>