L’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg

Il suffisait de lire un passage avec Ian, notre étudiant de français, sur l’invention des horloges et autres machines à indiquer le temps pour se souvenir que la cathédrale de Strasbourg abritait une merveilleuse horloge astronomique très populaire.

L’horloge astronomique de Strasbourg © French Moments

Un peu d’histoire…

L’énorme et complexe Horloge Astronomique située dans le croisillon droit du transept de la cathédrale de Strasbourg est un chef d’œuvre de la Renaissance. Sculpteurs, peintres, techniciens, mathématiciens et horlogers suisses ont travaillé de concert à cette curiosité extrêmement populaire auprès des visiteurs de la cathédrale : on estime à 3 millions le nombre de visiteurs venant admirer son mécanisme. Ce formidable chef d’œuvre est révélateur de la fierté qu’éprouvèrent les Strasbourgeois en comptant leur cathédrale parmi les sept merveilles des Pays Allemands.

Le mécanisme actuel date de 1842. La première horloge fut réalisée en 1571 avec le même buffet de style Renaissance et les mêmes décorations et personnages animés. Son mécanisme cessa de fonctionner un jour de 1788 et elle resta « muette » pendant de longues années, jusqu’en 1838 où l’on confia sa réparation à un Alsacien, Jean-Baptiste Schwilgué (1776-1856). Autodidacte, cet ancien apprenti horloger puis professeur de mathématiques et vérificateur de poids et mesures de 61 ans avait voulu dès son enfance se consacrer à la réparation de l’horloge au mécanisme très complexe. Pendant 30 ans, il en ausculta le mécanisme et tenta de comprendre les raisons de sa panne. Le mécanisme de l’horloge fut entièrement recréé grâce aux connaissances de Schwilgué, notamment en matière de confection de rouages d’horlogerie. Depuis la fin des travaux, en 1842, jusqu’à aujourd’hui, la fascinante Horloge Astronomique indique l’heure, le calendrier civil et ecclésiastique, ainsi que des indications astronomiques tel le signe du zodiaque, la phase lunaire et la position de plusieurs planètes.

Les sept jours de la semaine sont signalés par des divinités, installées sur des chars : Apollon (dimanche), Diane (lundi), Mars (mardi), Mercure (mercredi), Jupiter (jeudi), Vénus (vendredi) et Saturne (samedi). En regardant de plus près, on s’aperçoit que Saturne est représenté en train de dévorer l’un de ses enfants, ce qui est interprété comme le temps qui détruit ce qu’il produit.

La maintenance hebdomadaire de l’horloge est effectuée par un horloger tous les lundis.

Détail de l’horloge astronomique de Strasbourg © French Moments

Un jeu d’automate réputé

C’est son jeu d’automates qui attire pourtant les visiteurs. Tous les quarts d’heure, ceux-ci se mettent en mouvement mais le jeu complet des personnages animés a lieu tous les jours, à midi « heure solaire » de Strasbourg – en fait 12h30 en France !

Un ange sonne sur une cloche tandis que le second retourne un sablier. Au même instant, quatre personnages, représentant les quatre âges de la vie (l’enfant, le jeune homme, l’homme mûr et le vieillard) défilent devant la Mort. Au dernier étage de l’Horloge, ce sont les douze Apôtres qui défilent devant le Christ en le saluant. Ce dernier les bénit et le coq perché sur la tour de gauche bat des ailes en lançant par trois fois son cocorico (allusion au reniement de Pierre dans les Evangiles).

Visiter l’horloge astronomique aujourd’hui

Depuis quelques années, la présentation de l’Horloge aux visiteurs a été entièrement repensée. Un film projeté sur un écran à côté de l’Horloge en français, allemand ou anglais présente la curiosité et son histoire.

Notre conseil : devant la popularité de l’Horloge, mieux vaut se présenter devant elle plus d’une demi-heure avant le déclenchement du mécanisme, c’est-à-dire avant midi. Un faible prix d’entrée sera demandé, sauf les dimanches et fêtes où l’accès à l’horloge est libre et gratuit après la messe de 11 heures.

Détail de l’horloge astronomique de Strasbourg © French Moments

Une copie de l’horloge de Strasbourg exposée à Sydney !

Depuis près d’un siècle, une copie de l’horloge astronomique de Strasbourg figure parmi les collections les plus populaires du musée technologique de Sydney en Australie, aujourd’hui connu sous le nom de « Powerhouse Museum ». Richard Bartholomew Smith (1862-1942) a reproduit le mécanisme entre 1887 et 1889. L’année suivante, l’Etat de Nouvelle-Galles-du-Sud lui a acheté son chef d’œuvre pour la somme de 700 livres australiennes afin de l’exposer dans le « Technological Museum ». Bizarrement, Smith n’a jamais mis les pieds à Strasbourg, qui était annexée par l’Allemagne et s’appelait « Strasburg » à l’allemande ! On raconte que Smith a reproduit le mécanisme de l’horloge en analysant une carte postale et un livre.

Pour en savoir plus, voici l’adresse du site Internet de Powerhouse Museum : http://www.powerhousemuseum.com/exhibitions/strasburg_clock.php

Cette entrée a été publiée dans Monuments de France, Strasbourg, Villes de France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg

  1. Ping : L'horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg | Infos La Bible PDF | Scoop.it

  2. Ping : L’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg « La Bible PDF – Actualités Chrétiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>