La bienséance autour de la table française

Cette semaine, nos groupes de conversation française à Sydney ont travaillé sur le thème de la « bienséance autour de la table ». Voici le texte que les étudiants ont dû lire avant de venir assister au cours.

La bienséance est une conduite sociale conforme aux usages. C’est aussi l’ensemble des « bonnes manières » qui régissent le comportement en société, les relations entre les individus, et contribuent à créer une harmonie sociale. Ces codes définissent d’une manière générale ce qui est attendu, permis ou interdit dans certaines situations. Ils dictent aussi les obligations de chacun envers la hiérarchie sociale, comme par exemple entre les femmes et les hommes, ce qu’on appelle plus communément la galanterie.

À table !

C’est le maître ou la maîtresse de maison qui place les invités en veillant à alterner hommes et femmes. Quant à eux, ils seront toujours placés face à face au milieu de la table ou aux extrémités. Les couples sont toujours séparés, sauf s’il s’agit d’un couple marié depuis moins d’un an.

La table est dressée © French Moments

Concernant les couverts, à droite de l’assiette il faut placer les couteaux avec le côté tranchant à l’intérieur, le couteau à poisson, et la cuillère à potage avec le côté bombé au dessus. A gauche de l’assiette, il faut placer les fourchettes, avec aussi le côté bombé au-dessus. Parmi les trois verres placés devant l’assiette, le plus grand est pour l’eau, le moyen pour le vin rouge et le plus petit pour le vin blanc.

Il ne faut pas prendre du pain, toujours placé dans une corbeille, avant de commencer à manger, ni même boire. Et il faut toujours attendre que la maîtresse de maison commence à manger pour faire de même.

Quant à la serviette, elle se place sur l’assiette pour un repas du soir, et sous les fourchettes pour un déjeuner. Elle se met ensuite sur les genoux – et pas autour du cou !

Il ne faut pas mettre les coudes sur la table, mais les mains. En général, les invités se servent généralement eux-mêmes en se passant les plats – sauf si vous êtes invités à dîner à Versailles ! Avant de boire, il faut penser à essuyer sa bouche afin de garder le verre transparent pendant tout le repas.

Lorsque l’hôtesse vous demande de vous resservir, il est préférable de refuser pour ne pas paraître gourmand. Il vaut mieux attendre qu’elle le propose une nouvelle fois pour accepter. Que faire si vous n’aimez pas le plat cuisiné ? Essayez de vous forcer et d’en manger un peu quand même !

L’usage voulait qu’on laisse un petit quelque chose dans l’assiette pour montrer qu’on a assez mangé ou qu’on n’est pas gourmand. Mais de nos jours, on a le sentiment inverse qu’une assiette non finie va offenser l’hôtesse, qui a passé du temps à préparer les plats.

Lorsque le repas est terminé, il convient de poser ses couverts sur son assiette la pointe de la fourchette doit être tournée vers le bas, sans les croiser ce qui signifierait qu’on n’a pas terminé. Il est impoli de quitter la table sans que la maîtresse de maison l’ait autorisé. Il faut alors déposer sa serviette sans la replier près de l’assiette en se levant.

Une table dressée pour le Provence Dinner Party de French Moments à Sydney © French Moments

Quelques superstitions à connaître !

Certains gestes sont connus pour porter malheur ou bonheur. Regardons les de plus près pour ne pas avoir de mauvaises surprises !

  • Renverser du sel porte malheur, parce qu’il coûtait autrefois très cher
  • Croiser les couteux est un autre porte malheur ; il évoque l’instrument de supplice de Saint André, ou encore le fait de croiser le fer – les épées – pour les combats à mort.
  • Les deux côtés du pain sont appelés plus communément « le dessus » et « le dessous » du pain. Poser le pain sur le dessous porte malheur. Cette superstition remonte au Moyen Age, quand les boulangers mettaient les morceaux de pain destinés aux bourreaux à l’envers. Et aussi, couper les deux extrémités du pain ferait entrer le diable dans la maison.
  • L’ail protègerait du mauvais œil, des serpents et des malheurs en général. Et reverser du vin sur la table est aussi un bon présage, qui rappelle les antiques libations – offrandes  d’une boisson à un dieu.

Fais pas ci, fais pas ça !

Pour le plaisir des souvenirs d’enfance où il nous était interdit d’agir à notre convenance, voici une liste non exhaustive des interdits à table :

  • on ne souffle pas sur la soupe pour la faire refroidir
  • on ne met pas la cuillère à soupe entière dans la bouche
  • on ne coupe pas sa salade avec son couteau
  • on n’écrase pas le fromage sur le pain, on le coupe en morceaux
  • on ne coupe pas le pain avec son couteau, on le rompt avec ses mains
  • on ne sauce pas son assiette, à moins de piquer un morceau de pain au bout de la fourchette
  • on ne fait pas de sculptures avec la mie de pain
  • on ne met pas sa main sur son verre pour éviter d’être resservi ; on laisse tout simplement un fond pour montrer que l’on n’en souhaite pas davantage
Cette entrée a été publiée dans Articles en français facile, Au fil de nos leçons, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>