La maison de Serge Gainsbourg de la rue de Verneuil à Paris

La rue Verneuil, vous connaissez ? Il s’agit d’une longue rue tranquille et sage du 7e arrondissement de Paris. C’est également une rue assez ancienne puisque elle a été ouverte en 1640. Elle tient son nom du duc Henri de Bourbon-Verneuil (1601-1682), un des fils légitimé du roi Henri IV.

La rue de Verneuil vue du carrefour avec la rue des Saints-Père marquant la limite entre les 6e et 7e arrondissements de Paris © French Moments

La rue de Verneuil au carrefour avec la rue des Saints-Père marquant la limite entre les 6e et 7e arrts © French Moments

En empruntant la rue du carrefour avec la rue des Saints-Pères, il ne faut pas marcher longtemps avant de découvrir une curieuse bâtisse (au numéro 5 bis) protégée par un haut mur entièrement recouvert d’inscriptions, dessins, graffitis et déclarations colorés.

Les graffitis de la rue de Verneuil indiquent l'entrée de la maison de Gainsbourg © French Moments

Les graffitis de la rue de Verneuil indiquent l’entrée de la maison de Gainsbourg © French Moments

Ce sont certainement les graffitis les plus célèbres de Paris car ils rendent hommage à une célébrité qui résidait dans la rue depuis 1969. Nous parlons bien sûr de Serge Gainsbourg  (1928-1991), au curriculum vitae impressionnant (mais diversement apprécié !) : auteur-compositeur-interprète, pianiste, artiste peintre, scénariste, metteur en scène, écrivain, acteur et cinéaste.

L'effigie de Gainsbourg entourée de tags © French Moments

L’effigie de Gainsbourg entourée de tags © French Moments

De son vivant, les fans ornaient déjà le mur de la propriété de graffitis, au grand dam du voisinage qui réclamait un nettoyage fréquent des tags.

Le fumeur de gitanes s’y est éteint le 2 mars 1991 et depuis l’intérieur de la maison aurait été conservé intact par sa fille Charlotte Gainsbourg. L’hôtel particulier de l’artiste est vite devenu un « lieu de pèlerinage » pour les fans de Gainsbarre.

Vue générale de l'entrée du 5bis rue de Verneuil © French Moments

Vue générale de l’entrée du 5bis rue de Verneuil © French Moments

L’endroit fourmille d’anecdotes : c’est ici que Juliette Gréco, qui habitait avec Michel Piccoli au numéro 33 de la même rue, inspira La Javanaise à Serge Gainsbourg.

Image de prévisualisation YouTube

Cette entrée a été publiée dans Articles en français facile, Paris, Paris secret et insolite, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>