Le pain : élément important dans la vie quotidienne des Français

Cette semaine, le thème de discussion de nos groupes de conversation française traitait du pain français, un des symboles des traditions de la France ! Ce thème a intéressé plusieurs étudiants, notamment les chanceux qui ont pu le goûter en France, fraichement sorti des fours d’une boulangerie traditionnelle. Ce que j’aime faire en France, c’est l’acheter encore chaud, et le grignoter tout en marchant, en commençant par le crouton si croustillant… Bien sûr, je dois me contrôler sinon toute la baguette y passerait avant même de franchir le seuil de la maison !

Une bonne baguette croustillante © French Moments

Retournons à nos discussions en classe. Nous avons bien entendu répondu à la question « Est-ce que la baguette française achetée en Australie est aussi bonne qu’en France ? ». Là, les avis sont partagés. Il semblerait que le pain en Australie contient trop de gluten (d’où les épisodiques allergies et intolérances). De plus, beaucoup de boulangeries (et supermarchés) à Sydney vendent des pains « sourdough ». Ce terme nous a causé beaucoup de soucis. Comment le traduire en français, et surtout à quel type de pain correspond-il en France ? Si vous avez la réponse, n’hésitez pas à laisser un commentaire à la fin de ce bulletin ! Par défaut, le dictionnaire bilingue propose « pain au levain » – mais cette solution ne nous convient pas puisque beaucoup de pains sont fabriqués à base de levain. On a trouvé sur Internet le terme « pain aigre » qui nous satisfait pour l’instant dans l’attente d’une meilleure solution. Toutefois, la difficulté de traduire « sourdough bread » en français pourrait venir du fait qu’en France, ce type de pain n’existe pas – ou est très peu vendu sur les étals. Pour clore ce sujet, voici ci-dessous le texte de base sur lequel nos étudiants ont travaillé. Bonne lecture !

Le pain et le fromage : une bonne combinaison ! © French Moments

La fabrication du pain

Le pain est un aliment obtenu par cuisson au four d’une pâte pétrie, mise en forme et fermentée, composée essentiellement de farine (blé ou seigle), d’eau, de sel et d’un agent de fermentation (levure ou levain).

Le pain courant français résulte de la cuisson d’une pâte comprenant un mélange de farines panifiables de blé, d’eau potable, de sel de cuisine, de levure de panification (Saccharomyces cerevisiae), de levain, de produits d’addition autorisés pour le pain de tradition française et d’additifs définis dans la directive européenne 95/2 comme l’acide ascorbique, certains émulsifiants et une gamme d’enzymes assez étendue. La technologie généralement utilisée conduit à favoriser, au maximum, le développement du pain.

Le décret du 13/09/1993, précise que peuvent être mis en vente ou vendus sous la dénomination « pains de tradition française, « pains traditionnels français », « pains traditionnels de France » ou sous une dénomination combinant ces termes, les pains, quelle que soit leur forme, n’ayant subi aucun traitement de surgélation au cours de leur élaboration, ne contenant aucun additif et résultant de la cuisson d’une pâte comprenant un mélange de farines panifiables de blé, d’eau potable, de sel de cuisine, de levure de panification (Saccharomyces cerevisiae), et/ou de levain (naturel ou par ensemencement avec des microorganismes autorisés), de produits d’addition (farine de fève, farine de soja, farine de malt de blé, gluten de blé, amylases fongiques).

Cette absence d’additifs conduit automatiquement à mettre en pratique une technologie qui se rapproche des méthodes traditionnelles où l’intervention manuelle est plus fréquente et sur lesquelles reposent de nombreux critères de qualité du pain français.

Les pains par dimension en France

  • La miche, environ 1 kg
  • Le pain, appelé aussi, dans certaines régions de France (vers Lyon, par exemple), la flûte, 400 g, de même longueur mais d’épaisseur double de la baguette.
  • La baguette, 250 g.
  • Le bâtard, de même section que le pain mais de même poids que la baguette.
  • La ficelle.

Le pain et les Français : de surprenantes statistiques !

Une enquête réalisée par TNS SOFRES pour EUROPAIN auprès des Français montre à quel point le pain demeure un élément important dans la vie quotidienne des Français.

Le pain est avant tout, pour les Français, un « aliment indispensable à l’équilibre alimentaire » (50%). Seuls (3%) le considèrent comme « un aliment qui fait grossir ». Entre les deux, les Français le prennent aussi pour « un accompagnement agréable des repas » (33%), et « un aliment que l’on mange par gourmandise » (13%). Plus on est âgé, et plus le pain est considéré comme un aliment indispensable ; les catégories ouvrières et rurales sont également plus qu’en moyenne, de cet avis. A l’inverse, plus on est jeune, et plus le pain apparaît comme un accompagnement agréable des repas ou un aliment que l’on mange par plaisir, par gourmandise.

9 Français sur 10 achètent du pain frais tous les jours (56%) ou presque (33 % plusieurs fois par semaine). Ce geste reste populaire, puisque 64% des ouvriers et des employés, 68% des artisans et commerçants, 62% des ruraux le font quotidiennement.

Les Français mangent du pain à tous les repas, notamment au déjeuner (78%) et au dîner (77%). Ils en mangent un peu moins au petit déjeuner (63%), ce qui peut être à la fois le fait de ceux qui ne prennent pas de petit déjeuner, et l’effet de l’engouement des plus jeunes pour les céréales. De fait, plus on est jeune, moins on mange de pain pendant les repas… mais plus on en mange en dehors des repas !

Les Français choisissent leur boulangerie d’abord – et de loin – parce que « le pain y est très bon » (66%) et ensuite parce que « c’est à côté de chez eux » (37%) ou parce que « c’est sur leur chemin » (13%). Plus qu’en moyenne, ceux pour qui la qualité du pain va jouer sont les 35-49 ans, les habitants de la région parisienne, et les consommateurs quotidiens de pain. A l’inverse, les jeunes, les cadres, mais aussi les ouvriers, la choisissent plus souvent que la moyenne pour des raisons pratiques.

Gâteaux et pâtisseries sont les rois du week-end. En effet, les Français l’associent davantage à un moment de détente, loin du stress quotidien : 6% d’entre eux disent en acheter plusieurs fois par semaine, 17 % le font le week-end. Les mangeurs de gâteaux se recrutent surtout parmi les hommes, les artisans et commerçants, employés et ouvriers, les habitants des zones rurales et des petites villes…

Quelques mots à propos de la baguette française…

Une baguette standard est large d’environ 5 à 6 cm, haute d’environ 3 à 4 cm et longue d’environ 65 cm. Les différentes sortes de pains sont caractérisées entre autres par leur poids. Celui de la baguette est d’environ 250 grammes.

La croûte des baguettes est très croustillante et dorée, tandis que l’intérieur, la mie, est blanche et moelleuse. En principe, elle reprend sa forme si on la presse. C’est un critère pour savoir si le pain est de qualité.

Dans le monde, la baguette est un des symboles typiques de la France et plus particulièrement de Paris. Au même titre que le vin, le béret ou le fromage, elle est devenue un symbole alors même qu’il existe d’autres variétés de pains en France et que les baguettes se trouvent aujourd’hui dans tous les pays.

Sources : Source : TNS Sofres pour Europain, Polytech-INRA, wikipedia.fr

Boulangerie dans le Haut-Rhin © French Moments

Quelques expressions idiomatiques autour du pain :

  • Être au pain sec [et à l'eau] : ne disposer que de ressources alimentaires minimales.
  • Ça ne mange pas de pain : se dit d’un acte sans conséquence grave.
  • Bon comme du bon pain : qualifie une personne incapable de malveillance.
  • Retirer le pain de la bouche : empêcher de gagner sa vie.
  • Gagner son pain [quotidien] : exercer son métier, plus familièrement gagner sa croûte.
  • Je ne mange pas de ce pain-là : se dit d’une personne refusant de se mêler à une affaire qui lui semble étrange (l’affaire = le pain).
  • Mettre un pain : frapper quelqu’un.
  • Avoir du pain sur la planche : initialement, ne pas avoir besoin de travailler pour manger. Depuis 1914-1918, a pris le sens de « avoir beaucoup de travail ».
  • Faire son pain : en tirer des revenus.
  • Pour une bouchée de pain : réaliser un achat à très bas prix.

Vos commentaires sont les bienvenus !

Vous avez trouvé la traduction pour « sourdough bread » en français ? Merci de laisser un post avec votre réponse.

Vous habitez Sydney et vous avez trouvé une boulangerie qui offre un pain traditionnel comme en France ? Ecrivez-nous vos observations et vos bonnes adresses !

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Au fil de nos leçons, Délices de France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le pain : élément important dans la vie quotidienne des Français

  1. Ian dit :

    Je pense que le nom sourdough vient des Etats Unis.
    Aujourd’hui je pense que le levain est du levain fabriqué. Le nom « sourdough » se réfère au levain naturel. C’est le levain qui existe dans l’environnement. Pour utiliser ce levain naturel, c’est nécessaire de laisser un mélange de farine et d’eau à l’exterieur pendant quelques jours pour recueillir les spores du levain naturel. Puis on procède normalement pour la fabrication du pain. Ceci est une méthode très ancienne provenant peut-être de l’Egypte. C’était pendant le moyen-âge que les gens ont découvert un levain plus efficace dans les produits de brassage.

    • French Moments dit :

      Merci Ian pour ces informations utiles ! Le « sourdough bread » est en effet un pain si différent de celui que l’on achète en France … et c’est toute une question de levain !

  2. Ping : La Banette: une nouvelle boulangerie d’influence française à Mosman | French Moments Blog

  3. Garramone.g dit :

    Bonjour,

    fin mai 2012, sortira aux Editions Mélibée de Toulouse, mon livre sur « le four à pain ».

    ouvrage de références, sur 25.000 ans d’histoire sur l’évolution du four à pain…

    Pour info, contacter nous.

    Merci de vous compter parmi nos lecteurs.

    G.Garramone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>