Les traditions de noël en Provence

En Provence, la saison de Noël commence avec la fête de la Sainte Barbe le 4 décembre et culmine le jour de Noël avec de nombreuses traditions locales. Découvrez comment on fête Noël en Provence grâce à Claire, notre ancienne formatrice de français à French Moments, qui a participé à l’élaboration de cet article !

Le blé de la Sainte Barbe

En Provence, la période de noël s’appelle la Calendale, et commence le jour de la Sainte Barbe, le 4 décembre. Pendant la fête, il est coutume de remplir trois soucoupes de coton humide dans lequel on sème des grains de blé ou des lentilles. Une bonne germination indiquerait une bonne récolte l’année suivante. On décore ce blé avec des rubans noués autour des pousses et les soucoupes sont mises dans la crèche pour représenter les champs. Elles sont arrosées jusqu’à la fin de la Calendale, le 2 février (la chandeleur). A ce moment, les pousses sont traditionnellement transplantées dans un champ pour en assurer la fertilité.

Sainte Barbe, Retable de Werl, 1438

Le gros souper

Le gros souper est le nom qui est donné au festin du soir du réveillon provençal (le 24 décembre). Avant la messe de minuit, ce repas est servi sur trois nappes blanches de grandeur décroissante, avec trois chandeliers et les trois soucoupes de blé. Sont également servi sept plats maigres (comme au moyen âge, sans viande mais pouvant inclure poisson, escargots, charcuterie, omelettes, tartes, salades, terrines et petits pains), si possible sept vins différents et finalement 13 desserts et la bûche de noël. La tradition des 13 desserts représentent la Sainte Cène (le Christ et les 12 apôtres). Il s’agit de produits régionaux (orange, poire, pomme, dattes, figues sèches, amandes, noisettes, pruneaux, melon, nougat blanc, nougat noir, grappes de raisin sec noir, noix, pompe à l’huile, sorbes, verdeau). Les différents types de desserts parmi les 13 incarnent les 4 ordres mendiants (les pauvres, les riches, le bien et le mal).

Les 4 ordres mendiants représentés sur les mendiants au chocolat © French Moments

Le pastrage

Le pastrage, c’est la Fête des bergers. D’après la Bible, ce sont les premiers alertes de la naissance du Christ. Le maitre berger choisit le plus bel agneau de lait et le met dans une petite charrette décorée de buis, rubans et bougies (et remplie de cadeau dans certains villages). Après le souper, alors que l’on part assister à la messe de minuit, la mère de l’agneau tire la charrette et les bergers la suivent en descendant dans le village. Là, ils annoncent la naissance de l’Enfant Jésus et les villageois rejoignent le défilé avec des cadeaux, des chandelles et des instruments de musique. Certains villages et villes perpétuent la tradition du pastrage : Les Baux-de-Provence, Saint-Rémy-de-Provence, Saintes-Maries-de-la-Mer, …

La crèche provençale

Issue d’une longue tradition catholique, la crèche est aujourd’hui toujours présente dans de nombreux foyers français, en miniature comme en grandeur nature dans les églises et les lieux publics. Contrairement à la crèche traditionnelle, la crèche provençale mêle les personnages bibliques (Marie, Joseph, l’âne et le bœuf, les trois Rois Mages) aux personnages caractéristiques du village provençal (le crieur public, le braconnier, le vieil homme et la vieille femme: Grasset et Grasseto, la lavandière, etc.). Le rôle de chacun dans l’histoire de la naissance du Christ, est expliqué dans les contes de Noël provençaux, appelés « Pastorales ». Les Pastorales sont réaffirmées dans les lieux publics pendant la période de Noël en Provence, et elles sont également transmises de génération en génération chaque veille de Noël, lorsque les parents les racontent à leurs enfants.

La crèche provençale et ses santons réalisés par une habitante de la Roque d’Anthéron en Provence © Bernadette Michaud

Lorsque les crèches publiques ont été interdites pendant la Révolution française, les crèches miniatures se sont développées dans les maisons provençales. Les petites figurines sont appelées « Santons » (petits saints) et elles sont fabriquées à partir de moules qui ont été très secrètement transmis de père en fils à partir du 19e siècle. Les Santons sont généralement fabriqués à base d’argile ou de faïence et sont ensuite habillés de peinture.

Cependant, la tradition était autrefois très différente et impliquait de les confectionner en mie de pain séchée. Jean-Louis Lagnel, né à Marseille, est devenu le premier fabricant professionnel de Santons en 1800, et la profession de santonnier est maintenant reconnue comme un art traditionnel provençal, activité qui doit être préservée. Les santons peuvent être achetés dans des ateliers en Provence, mais les vendeurs les plus célèbres et les plus spécialisés se trouvent dans les foires aux santons de Marseille et Aix-en-Provence. La foire aux santons de Marseille existe depuis 1803, et est située sur le Cours Honoré d’Estienne d’Orves. C’est le plus grand événement dédié aux Santons.

La crèche provençale et ses santons réalisés par une habitante de la Roque d’Anthéron en Provence © Bernadette Michaud

Les personnages principaux de la Nativité provençale sont:

Les animaux
L’âne et le bœuf sont absolument incontournables dans une crèche. Il est dit qu’ils veillent sur l’Enfant Jésus et le gardent au chaud avec leur souffle. Les moutons sont également un élément très important de la crèche car ils représentent le troupeau du berger. Seul, aux pieds du Christ, l’agneau symbolise l’offrande des bergers.

L’ange
L’ange est le messager de la naissance de Jésus. Le plus célèbre est l’ange Boufareu qui guide la population vers la grange avec sa trompette, et qui est généralement suspendu au-dessus de la crèche.

L’aveugle et son fils
Selon la Pastorale de Maurel, le fils mène son père à la grange où Jésus est né, et ce dernier retrouve la vue lorsqu’il rencontre l’enfant.

Bartoumieu
C’est un personnage comique de l’une des Pastorales qui porte un air négligé.

Les bergers
Les bergers sont les personnages bibliques décrits dans le Nouveau Testament. Mais leur représentation est fortement influencée par l’image populaire provençale. Bien sûr, ils sont représentés de différentes façons et à différents emplacement dans la crèche, mais le plus souvent les bergers sont situés à proximité du Christ, comme s’ils étaient les premiers arrivés à l’étable. Ils peuvent être représentés jeune ou vieux, debout, s’appuyant sur une canne, à genoux, et parfois avec un mouton dans leurs bras ou sur leurs épaules.

La bohème
Elle est toujours représentée avec un enfant dans les bras.

Le curé
Souvent corpulent et gras, il est le responsable de la paroisse du village voisin. L’importance du curé de paroisse dans le passé de la Provence explique pourquoi sa présence dans la crèche se perpétue.

Marius
Il est un personnage essentiel de la crèche provençale. Il trouve son origine dans les ouvrages d’Alphonse Daudet et nous rappelle le personnage attachant de Tartarin, qui parle trop.

Le pêcheur
Souvent représenté avec un filet de pêche et un panier de poissons, il peut être vu comme un personnage biblique, puisque certains des apôtres du Christ étaient des pêcheurs.

Le porteur d’eau
Son offrande est tout simplement une cruche d’eau. L’origine de son importance dans la crèche est liée à la rareté de l’eau en Provence à de nombreuses occasions par le passé.

Le Ravi ou crieur public
Il est l’idiot du village, un personnage naïf qui n’a rien à offrir, mais qui est touché par la grâce de l’événement. Il se réjouit de la naissance du Christ et est donc représenté les bras levés (un geste typique de la population méditerranéenne). Il est coiffé d’un bonnet, et possède une femme appelée « la Ravido » qui est également associé à l’état de l’étonnement.

Le rémouleur
Il exerce son activité dans les rues de différents villages ainsi que sur les routes et affute tout ce qu’on lui demandait d’affûter.

Les Rois Mages
Il y a trois Rois Mages : Melchior, Gaspard et Balthazar. Ils sont richement vêtus et chacun d’eux apporte une offrande pour Jésus (or, encens et myrrhe). Ils viennent de très loin, guidés vers Bethléem par une étoile (une version miniature de celle-ci est accrochée au-dessus de la crèche et au sommet du sapin de Noël) et ils sont souvent représentés avec au moins un chameau et un chamelier. Selon la tradition, ils seraient arrivés à l’étable le 6 Janvier. C’est pourquoi ils sont généralement cachés derrière la crèche jusqu’à cette date (certaines familles les déplacent même autour de la pièce pendant toute la période de Noël jusqu’à ce qu’ils atteignent finalement la crèche, le 6 Janvier).

Saint François d’Assise
Il est le saint patron de tous les santonniers et est donc toujours représenté dans la crèche avec sa robe de bure.

Le joueur de tambourin
Il est toujours représenté avec son tambourin et sa flûte et renforce l’idée que la naissance du Christ est une période de célébration.

Le vannier
Il est représenté avec un grand panier en osier qui a été fabriqué pour devenir le berceau pour l’Enfant Jésus. Malgré son lien à l’histoire du panier du bébé Moïse de l’Ancien Testament, il est plus probable que ce personnage trouve ses origines dans l’importance du métier de vannier en Provence au cours des siècles précédents.

Le vieil homme et la vieille femme
Ils sont appelés Grasset et Grasseto et sont souvent représentés assis côte à côte sur un banc de la place du village ou bien debout et enlacés.

Le Pistachié
Aussi originaire de la Pastorale d’Antoine Maurel, il ressemble à un valet de ferme, timide et avide. Dans la crèche, il apporte des cadeaux à Jésus. L’offrande qu’il destine au Christ est un lièvre qu’il a réussi à tuer avec un seul tir de son fusil. Ceci est censé être un miracle divin, puisque il rate traditionnellement sa cible, selon la Pastorale d’Yvan Audouard. Il est aussi le mari d’Honorine, la poissonnière.

Au 4ème siècle, on a décrété que le 25 Décembre est la date de naissance de Jésus et, depuis lors, chaque année le 25, le Santon qui représente Jésus est placé dans la crèche (dans certaines crèches il est déjà présent, mais à l’envers). La première crèche remonte au 6e siècle, dont les textes d’époque décrivent des festivités de Noël centrées sur la crèche : « ad Praesepe ». Ils sont conservés dans l’église Sainte-Marie à Rome.

Détail d’une crèche : le berger © French Moments

En 1223, Saint François d’Assise a créé la première crèche vivante avec les fidèles de son église de Greccio. Les personnages étaient joués par des villageois et la mise en scène comprenait même des animaux vivants. Pour représenter l’enfant Jésus, saint François a déposé une hostie consacrée dans la crèche, mais elle a plus tard été remplacée par un enfant vivant et, peu à peu, la coutume s’est répandue. En dehors des crèches provençales et vivantes, il existe aussi des crèches baroques, napolitaines et comtoises (de Franche-Comté), ainsi que le théâtre des scènes de la crèche (qui a été organisé Place de la Mairie, à Paris pendant 17 ans).

Dans un prochain article, nous publierons des informations sur la bûche de noël.

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Fêtes et célébrations, Noël en France, Un peu d'histoire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les traditions de noël en Provence

  1. Ping : Les mendiants au chocolat, une origine religieuse | French Moments Blog

  2. Ping : Christmas in France - Noël en France | French Moments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>