Qu’est-ce qu’un « petit chef » ?

Dans notre dernier post, nous avons mentionné l’affaire de la vidéo impliquant Arnaud Lagardère et un mannequin belge. Cette vidéo a fait le tour de la France (voire du monde !) et sa popularité tient en partie au fait que l’attitude d’Arnaud Lagardère ne correspond pas à celle – traditionnelle – que l’on se fait d’un chef d’entreprise.

Ceux qui travaillent dans le monde de l’entreprise en France entretiennent l’idée qu’un chef peut « avoir la grosse tête » et « ne pas se prendre pour n’importe qui » !

Des exemples de « petit chefs » ont été joués remarquablement par des comédiens dans des films comiques français très populaires : on pense à la Zizanie, à Rabbi Jacob, au Corniaud avec l’inoubliable Louis de Funès.

Louis de Funès excelle dans le rôle du chef d’entreprise dans La Zizanie.

Le personnage du maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot, incarné par De Funès dans la saga des « Gendarmes de Saint-Tropez », excelle dans la représentation parodique du chef avec ses crises caractérielles dès lors que son autorité est menacée.

Le maréchal des logis chef Cruchot et ses gendarmes au garde-à-vous.

Plus récemment, les programmes télévisés de Caméra Café et du Bureau (la version française de ‘The Office’) ont brossé un portrait moderne peu flatteur du chef d’entreprise et du DRH. Alors que les rôles de chefs joués par De Funès gardaient un esprit « bon enfant », ceux interprétés dans les programmes récents renvoient au cliché d’un patron certes ambitieux, mais méchant, blessant, détestable et insolent. De surcroît, ces séries TV peuvent mettre mal à l’aise une partie des téléspectateurs qui doit subir au quotidien la compagnie d’un tel chef au bureau. Est-ce d’ailleurs une des raisons pour laquelle « Le Bureau » n’a pas eu le succès escompté en France – contrairement en Grande-Bretagne – conduisant ainsi à l’abandon du programme ?

La série « Le Bureau » est l’adaptation française du programme britannique à succès « The Office ».

Le « petit chef »

La notion de « petit chef » correspond à une certaine caricature du rôle de chef qu’on rencontre aussi bien chez le plus petit chef d’équipe que chez le cadre supérieur, chef d’un service important. Il s’agit souvent de la vision que les travailleurs français ont de leur hiérarchie. On attribue au « petit chef » tous les défauts du monde de l’entreprise. Il est ainsi :

  • tatillon : il demande des comptes en permanence et veut tout vérifier
  • pointilleux : il contrôle les heures d’arrivée, de départ, de pause.
  • autoritaire : il impose sans expliquer et n’accepte pas la discussion
  • omniprésent : il est partout à la fois, surtout là où on ne l’attend pas
  • perfide : il n’hésite pas à monter les gens les uns contre les autres
  • résistant au changement : il refuse toute évolution de l’organisation
  • violent : il n’hésite pas à insulter ses subordonnés
  • injuste : il a ses « têtes de turc » et ses « fayots »
  • insensible : il refuse un congé pour un enfant malade
  • mesquin : il reproche une minute de retard à l’employé modèle qui n’est jamais absent
  • incapable d’écouter : il est dans son monde et pense que lui seul a la vérité s’attribue les idées de son équipe : si vous lui faites une suggestion, il refuse de vous écouter, mais si l’idée est bonne, il la reprend à son compte un peu plus tard
  • irrespectueux voire impoli : il ne vous dit pas « bonjour » le matin, ne dit jamais « s’il vous plait », ni « merci » et parle à son personnel comme à du bétail
  • accroché à son poste : il a peur en permanence qu’on lui prenne sa place si chèrement acquise met l’accent sur son rôle de contrôle plus que sur son rôle d’animateur
  • fier : il a réussi donc il en éprouve un sentiment de fierté, parfois exagéré

A ce propos, saviez-vous que le mot « chef » a pour synonymes les mots suivants (tous masculins) :

directeur, dirigeant, leader, responsable, supérieur, tête, et dans un registre populaire et argotique : boss, (grand) manitou, patron, singe.

Heureusement, cette vision de « petit chef » n’est pas une généralité ! Si vous êtes un chef ou un responsable, nous vous conseillons la lecture de ce livre qui nous a beaucoup aidés à comprendre les règles d’or du leadership :

Titre : Leadership 101 : Principes de base : Ce que tout leader devrait savoir de John C. Maxwell

ISBN : 978-2892255430 (cliquez ici pour le commander sur Amazon.fr)

Dans son livre, John C. Maxwell vous offre des conseils succincts et inspirants qui vous permettront d’améliorer les qualités de leadership que vous possédez déjà. L’une des clés du grand leadership consiste à mettre en application les concepts qui ont permis aux autres leaders d’être forts :

  • Suivre votre vision et à entraîner les autres avec vous ;
  • Produire un message durable ;
  • Renforcer la loyauté de vos collaborateurs ;
  • Investir continuellement dans la qualité de votre leadership ;
  • Mieux influencer les autres ;
  • Déterminer votre  » plafond  » de leadership ;
  • Dynamiser les autres au moyen du mentorat ;
  • Créer une base solide de confiance ;
  • Utiliser l’autodiscipline pour améliorer votre caractère et vos résultats.

Cette entrée a été publiée dans Articles en français facile, Au fil de nos leçons, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>