Un tremblement de terre en France ? Et pourquoi pas !

Après les récents séismes dévastateurs d’Haïti, de Christchurch et le raz-de-marée au large du Japon, nos groupes de conversation française se sont demandé cette semaine si la France est à l’abri de telles catastrophes.

Peut-on s’attendre à des catastrophes sismiques en France ?

Que l’on se rassure : la France métropolitaine est un pays à sismicité modérée comparée à la Grèce ou à la Turquie. Mais cela ne signifie pas qu’il ne se produit aucun tremblement de terre, loin de là. Si ceux-ci sont essentiellement superficiels, certaines régions françaises sont plus sujettes que d’autres à des activités sismiques. On ne dénombre pas moins de 1500 séismes par an, dont une dizaine d’une magnitude supérieure à 3,5, niveau à partir duquel les populations commencent à ressentir le tremblement de terre.

En France, les séismes résultent du rapprochement lent entre la plaque africaine et la plaque eurasienne et sont répartis le long des zones de failles et de plissements souvent anciennes.

Quelles régions sont exposées ?

Les régions les plus exposées au risque sismique en France figurent sur un nouveau zonage sismique publié par les autorités en mai 2011.

Cette sismicité est concentrée sur quelques régions :

  • Le sud-ouest pyrénéen sur le versant Nord au niveau du contact entre la zone axiale des Pyrénées d’âge primaire et les terrains plissés de l’avant-pays d’âge secondaire.
  • Le sud-est avec en particulier la zone des plis alpins, les séismes du Briançonnais et de l’arrière-pays niçois.
  • La zone du socle hercynien de la Bretagne, de la Vendée, du détroit du Poitou, du Massif Central et du sud-ouest des Vosges. Ainsi la vieille cicatrice hercynienne coupe la France en diagonal de l’île d’Oléron aux Cévennes (plus des ramifications).
  • Les fossés d’effondrement d’âge tertiaire, Fossé Rhénan, Limagnes d’Allier et de Loire.
  • Les deux grands bassins sédimentaires parisien et aquitain sont quasiment asismiques.
  • Enfin, la Corse reste très peu sismique bien qu’elle ait connu un séisme de magnitude 4.4 en 1978.

L’arrière-pays niçois est très exposé au risque sismique. Ici Sospel © K&A Stillman

Exemple d’un tremblement de terre catastrophe : celui de Bâle en 1356

Le tremblement de terre de Bâle de 1356 est l’événement sismologique historique le plus important de l’Europe centrale. Il détruisit la ville de Bâle (Suisse) le 18 octobre 1356 et fit de nombreuses destructions en Alsace et dans une vaste région s’étendant à la France et à l’Allemagne. Il fut ressenti à une très grande distance (Zurich, Constance et même jusqu’en Île-de-France). On estime que le tremblement de terre a été de magnitude 6,2 à 6.9.

La ville de Bâle en Suisse et ses environs a connu un terrible séisme en 1356 © French Moments

Le séisme a eu lieu le soir vers 22h00 et de nombreuses répliques ont suivi durant la nuit du 18 au 19 octobre. La ville subit un second choc, très violent, au milieu de la nuit. La cité à l’intérieur des remparts fut détruite par un incendie. La crise sismique dura pendant un an. Le nombre de morts est estimé à 300 personnes dans la seule ville de Bâle.

Sources : www.planseisme.fr, slate.fr, wikipedia.fr

Cette entrée a été publiée dans Au fil de nos leçons, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>