Les légendes du sapin de Noël

Lors de notre dernier bulletin sur le sapin de noël, nous vous avions raconté les origines alsaciennes de l’arbre. Aujourd’hui, nous souhaitons vous faire part des quelques traditions européennes que l’on raconte autour du sapin. Notre prochain bulletin sur le sapin de noël portera sur les ornements utilisés par les Français pour décorer leur arbre.

La légende du sapin de Noël de Saint Boniface

Il est dit que Saint Boniface, un prêtre missionnaire allemand de la fin du 7e siècle, voulait convaincre le druide des environs de Geismar (en Allemagne) que le chêne n’était pas un arbre sacré. Pour le convaincre il abattit un chêne. En tombant, celui-ci écrasa tout sur sa chute, à l’exception d’un jeune sapin.

C’est à ce moment que la tradition a débuté, lorsque Saint Boniface a proclamé que la survie du sapin relevait du miracle, déclarant :

« À partir de maintenant nous appellerons cet arbre : l’arbre de l’enfant Jésus ».

Depuis, partout en Allemagne et en Alsace, de jeunes sapins sont plantés pour célébrer la naissance du Christ.

Un joli sapin enneigé en Alsace © French Moments

La légende du sapin de Noël de Martin Luther

La légende veut que le fondateur de la foi protestante se soit promené dans la forêt, la veille de Noël. Emerveillé par la beauté du ciel étoilé étincelant entre les branches des arbres éternellement verts, il a décidé d’abattre un petit sapin pour le ramener chez lui. Là, il a recréé sa magnifique vision en plaçant des bougies sur les branches de l’arbre.

Branches d’un sapin décoré © French Moments

L’histoire du petit sapin de la forêt, pour les enfants

C’est l’histoire d’un petit sapin dans la forêt qui rêvait de devenir un arbre de noël choisi par les hommes à Noël.

Un jour de décembre, des enfants avec leurs parents marchèrent dans la forêt, cherchant leur sapin de noël. Les enfants trouvèrent le petit sapin et le choisirent pour trôner au milieu du salon.

Les parents arrachèrent le petit sapin de la terre et l’amenèrent chez eux. Une fois dressé, les enfants décorèrent le petit sapin avec beaucoup de joie. Le petit sapin avait fière allure avec ses décorations et brillait de mille feux.

Voici Noël. Tout le monde admirait le petit sapin. Celui-ci était plutôt content et honoré d’être la gloire de la maison. A ses pieds, des cadeaux de toutes tailles attendaient le petit matin du 25 décembre.

Toutefois, une fois Noël terminé, personne ne s’intéressait plus au petit sapin. On lui ôta ses décorations et ses lumières. La famille décida même de descendre le petit sapin à la cave. Quel désenchantement.

Trois jours plus tard, les parents vinrent chercher le petit sapin et le plantèrent dans le jardin. Quel soulagement ! Soudain, le petit sapin comprit pourquoi il resta dans la cave pendant trois jours : on lui préparait une place bien à lui dans le jardin où il pourrait grandir et devenir ainsi un résineux magnifique.

Un petit garçon décore son petit sapin © French Moments

Vous pouvez également consulter notre page sur le sapin de noël [en anglais] en cliquant ici.

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Articles en français facile, Fêtes et célébrations, Noël en France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Les légendes du sapin de Noël

  1. Ping : Les origines du sapin de Noël | French Moments Blog

  2. Ping : Les décorations de l’arbre de Noël en France | French Moments Blog

  3. Jules dit :

    Super site visuel et interactif pour tout savoir sur le sapin, ses origines, déco et tout et tout…

    Allez faire un tour, vous ne serez pas déçu(e)s!

    http://visupedia.net/toutsurlesapindenoel

  4. Schmitt dit :

    Depuis qu’elle année mettons un sapin de Noël place kleber

    • Pierre dit :

      Bonjour ! Cela fait depuis 1994 qu’un sapin trône sur la place Kléber à Strasbourg. Ce n’est donc pas une tradition très ancienne et qui s’aligne sur la volonté des autorités strasbourgeoise (sous la mandature de Catherine Trautmann) de promouvoir le statut de Capitale de Noël. :-)

  5. Chauvin J. dit :

    « Petit Noël, rends-moi papa qui est au ciel ! » Décembre 1916 : 876e jour de guerre. Noël est la période où se ressent le plus l’absence de la famille, particulièrement dans les tranchées.
    Une Chronique de la Grande Guerre publiée dans La Nouvelle République de la Vienne le 16 décembre 2016 prend comme fil conducteur cinéma et chansons. En ligne avec un complément de notes :
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communautes-NR/n/Contenus/Articles/2016/12/16/Petit-Noel-rends-moi-papa-qui-est-au-ciel-!-2939656

Répondre à Schmitt Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>